Le trempage et la germination des graines

 

raw-cashews

Dans l’idéal, il faudrait toujours faire tremper et pré-germer ses graines et noix avant utilisation. Cela concerne les oléagineux à manger crus (amandes, noisettes, tournesol…) mais aussi les légumineuses et céréales que l’on mange cuites (lentilles, sarrasin…)

Le trempage permet de les débarrasser des substances inhibitrices (acide phytique) qui permettent la conservation des graines et perturbent la digestion et l’assimilation des nutriments. Pour cela, on les immerge dans de l’eau pendant quelques heures (le mieux est de la faire la veille au soir et de les laisser tremper toute la nuit, mais si vous n’avez que deux heures devant vous, c’est déjà bien, ça en enlèvera une partie), avant de les rincer soigneusement.

La germination permet de les transformer en un produit véritablement vivant, plein d’énergie, ainsi que de les rendre encore plus digestes. Il suffit, une fois trempées et rincées, de les laisser à l’air libre dans un récipient pendant quelques heures. Un petit germe apparaît très rapidement. Même si le germe ne se voit pas forcément encore (c’est pourquoi on parle de pré-germination) le processus est bien lancé à l’intérieur. Les graines et noix sont alors prêtes à être utilisées, à leur plein potentiel nutritif !Il faut désormais les consommer rapidement et les conserver au réfrigérateur, car l’humidité favorise le développement de moisissure.

Si on veut les consommer sèches et croustillantes, il faut alors les passer environ 10 heures au déshydrateur (à moins de 42 degrés, pour qu’elles restent crues). Vous pouvez en faire une grosse quantité d’avance, une fois bien sèches les graines ne moisiront plus.

Attention, tout n’est bien sûr valable que pour les graines crues (non torréfiées, grillées, émondées…) Les noix de cajou du commerce, même si elles ne sont pas grillées, ne sont jamais véritablement crues, car leur méthode de récolte implique l’usage de la chaleur pour les débarrasser de leur coque. Inutile donc d’espérer une germination. Par contre, le trempage permet de les rendre plus molles, donc plus facile à cru-siner si l’on n’a pas un blender très puissant, et il est recommandé de les rincer pour les nettoyer (les poussières accumulées lors du stockage et transport peuvent être responsables de petits aphtes). On peut trouver des noix de cajou véritablement crues sur internet, mais elles sont plus chères et n’ont pas tout à fait le même goût.

Afin que nos produits ne soient pas hors de prix et restent accessibles au plus grand nombre, nous n’utilisons pas de noix de cajou véritablement crues. Cependant, la fermentation qu’elles subissent ensuite les rend de nouveau riches en enzymes et très digestes. A venir très bientôt, un article pour tout savoir sur la fermentation de nos Fraw…

Cet article vous a été utile ? Laissez-nous un commentaire 🙂

 

6 commentaires sur “Le trempage et la germination des graines

  1. Bonjour,

    Je suis intolérante au lactose et gluten et j’aimerai assister à un atelier ou deux pour apprendre à préparer un frawmage. Je serais disponibles pendant les trois jours du salon.

    Pourriez-vous m’indiquer si je peux être inscrite sur la liste ?

    Je suis Elisabeth VASS
    babethvass@gmail.com
    06 23 83 40 16

  2. Bonjour !
    Cela fait de longues années que je pratique la germination de la plupart des graines comestibles .
    Par ailleurs, j’ai longtemps connu les crampes récurrentes – certaines nuits, à hurler de douleur, et quasi-systématiquement lors d’exercices d’étirement, ou séances de natation. Un jour j’ai émis l’hypothèse que l’absorption de magnésium serait facilitée en ajoutant du chlorure de magnésium à l’eau de trempage des graines à germer.
    Et cela a marché ; croyez-moi ou non, mais la rémission s’est faite du jour au lendemain : fini les crampes, et depuis plusieurs années (à part quelques accès occasionnels, toujours dus à un effort inhabituel, et effectué sans échauffement).
    Il va sans dire que j’ai continué depuis, passant du MgCl2 (devenu difficile à se procurer en pharmacie) au NIGARI – extrait marin naturel qui, sauf erreur, contient d’autres minéraux. J’ai étendu la pratique à toute mes eaux de trempages (plus seulement aux graines cultivées pour leurs jets) : lentilles, fèves, pois-chiches, céréales, quinoa, amandes etc.
    (mon dosage : environ une demi-cuillerée à café de nigari ajoutée à l’eau – non chlorée – du trempage, pour une à quatre poignées de graines.

    PS : on me dira (on m’a dit) : « oui, mais moi je ne souffre pas de crampes…».
    D’accord, mais l’absence de symptômes impressionnants n’est pas pour autant un gage que l’on soit exempt de carences (ah, jeunesse ! =:o). Ce témoignage suggère juste une manière de se supplémenter en magnésium. Il serait intéressant de reproduire l’expérience pour en vérifier la validité, voire de l’étendre à d’autres minéraux.
    À toute personne qui me lit, merci de me tenir informé de vos observations.
    a.brolio@linuxmail.org

  3. Super commentaire et renseignements mais quand on li beaucoup de commentaires sur le trempage plusieurs don de cloche doit on mettre du bicarbonate de soude ou du vinaigre blanc ou citron dans led eaux de trempage oui ou non merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *